• Allemagne Juin 2012:

    "Les ondes sont un problème de santé publique"

    - les médecins exigent des mesures de précaution - 



    Appel des médecins allemands Juin 2012

    10 ans après l'Appel de Freiburg

    Les ondes sont un problème de santé publique

    Les médecins exigent des mesures de précaution



    Plus de 1000 praticiens ont signé « l'Appel de Freiburg » en 2002. Il a été traduit en de nombreuses langues. Plus de 36 000 personnes dans le monde entier soutiennent ces mises en gardes relatives aux dangers des ondes.


              « Aujourd'hui, dix ans après l'appel de Freiburg, nous, médecins, en appelons à nouveau à la communauté internationale. Nous sommes profondément préoccupés. Malgré tous nos avertissements, de plus en plus de nouvelles technologies sans fil se sont introduites dans nos vies : les réseaux de téléphones cellulaires, TETRA, LTE, téléphones sans fil, Wi-Fi, les moniteurs pour bébé, les compteurs sans fil, la radio et la télévision numérique et bien d'autres. Toutes ces technologies sans fil surchargent les voies biophysiques de communication cellulaire dans les systèmes vivants avec des couches et des densités croissantes de champs électromagnétiques.

             La vie humaine, animale et végétale est régie par les champs électromagnétiques naturels. Les techniques artificielles et les fréquences peuvent interférer profondément avec les processus biologiques de la communication et du métabolisme cellulaire. Initialement, le pouvoir d'auto-guérison des êtres vivants compense les déséquilibres à travers des mécanismes de contrôle subtils. Le stress électromagnétique prolongé, cependant, peut conduire à un manque chronique d'énergie et aux maladies qui en résultent.

            Les conséquences de cette atteinte fondamentale aux capacités d'autoguérison ont maintes fois été démontrée dans des études scientifiques : l'agglutination des globules rouges, la perméabilité accrue de la protection par la barrière hémato-encéphalique, des changements dans l'activité des ondes cérébrales et du rythme cardiaque, la libération déséquilibrée de neurotransmetteurs et d'hormones (en particulier l'augmentation des hormones de stress), des troubles du système immunitaire, des dommages au matériel génétique, la baisse de fertilité, pour ne nommer que quelques-uns des exemples les plus connus. Pour le stress oxydatif - une cause principale de nombreuses maladies - il a été démontré que le mécanisme principal provient de l'exposition aux rayonnements.

            En tant que médecins, nous observons actuellement une augmentation inquiétante des problèmes de santé mentale tels que la dépression, le syndrome de l'épuisement, ainsi que le sommeil, l'anxiété et les crises de panique. Ceci s'applique également à une multitude d'autres maladies : accidents vasculaires cérébraux (également chez les enfants et même chez les fœtus dans l'utérus), des troubles neurologiques dégénératifs (par exemple la démence, l'épilepsie, les tumeurs cérébrales), des céphalées, l'autisme, les troubles de l'apprentissage, les problèmes de concentration, les troubles du comportement, les allergies, les problèmes de peau, les syndromes douloureux, la sensibilité aux infections, l'hypertension artérielle, les troubles du métabolisme, l'autisme et le cancer, pour ne nommer que les symptômes et les troubles les plus évidents.

              De plus en plus fréquemment, on observe également une relation claire entre l'apparition de ces symptômes, les troubles et le début d'une exposition à des radiations, par exemple dans le voisinage d'une tour de téléphonie cellulaire nouvellement installés, une utilisation intensive du téléphone cellulaire, ou l'utilisation d'un téléphone sans fil de type DECT, l'installation d'un routeur Wi-Fi, ou autres technologies sans fil sur le lieu à la maison, chez un voisin, ou sur le lieu de travail.

            Les enfants et les adolescents utilisent ces technologies d'une manière irraisonnée qui rappelle de plus en plus clairement un comportement addictif, que ce soit le téléphone portable ou d'autres technologies connectées. Les dernières preuves scientifiques rapportent que ce sont eux les plus vulnérables.

            Le nombre de ceux qui souffrent d'électrohypersensibilité ne cesse de croître. De plus en plus. Des individus électrosensibles peuvent développer des symptômes graves immédiatement, voire plusieurs heures après l'exposition aux champs électromagnétiques et aux radiations artificielles. En tant que médecins nous nous félicitons de ce que la Suède a reconnu l'hypersensibilité électromagnétique comme une handicap fonctionnel et a fourni des zones protégées aux personnes touchées. Nous tenons également à souligner et mettre l'accent sur le fait que le Parlement européen a appelé ses Etats membres "à suivre l'exemple de la Suède" et que les gouverneurs d'Etats américains ont sensibilisé le public sur les conséquences de l'hypersensibilité électromagnétique. L'initiative de l'Association autrichienne de médecine, qui a publié un guide pour le diagnostic et le traitement des personnes électrosensibles, espérons-le, se diffusera également dans d'autres pays.

             Nos observations médicales ont été confirmées par les découvertes scientifiques. Les effets indésirables des champs électromagnétiques et l'atteinte aux mécanismes de contrôle biologique à des seuils biens inférieur aux limites d'exposition actuelles ont été démontrés, et dans certains cas, depuis des décennies. Le rapport du Groupe de travail BioInitiative internationale (2007) a documenté une multitude de risques pour la santé sur la base de l'évaluation de plus de 1500 études scientifiques. Depuis lors, de nombreuses études récentes ont confirmé les résultats inquiétants et en même temps ont montré que les limites d'exposition actuelles, qui sont basées exclusivement sur les effets thermiques, sont obsolètes. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a classé les rayonnements RF comme un risque de cancer en mai 2011. Et les leaders du marché des fabricants de téléphones cellulaires (Nokia 2001, Swisscom 2003, etc) corroborent l'association quand ils justifier leurs demandes de brevet avec l'argument du risque de cancer.

             Dans de nombreux appels et résolutions au cours des dernières années, de plus en plus de scientifiques et de médecins ont souligné les risques pour la santé associés aux ondes électromagnétiques. En 2008, le Comité Russe de protection contre les rayonnement a donné un avertissement au sujet des conséquences sanitaires catastrophiques, et à nouveau en 2011, a intensifié son avertissement. L'Agence européenne pour l'environnement a appelé à des mesures de précaution d'urgence en 2009. Le Parlement européen a réitéré le même appel également en 2009 et, dans une résolution unanime en 2011, le Conseil européen a exhorté les membres à abandonner les politiques de communication sans fil, puisqu'elles sont considérées comme non viables sous leur forme actuelle. Un thème récurrent de ces appels et des résolutions est la crainte des conséquences immédiates pour la santé de cette génération d'enfants et d'adolescents. Ainsi à l'automne de 2011, l'Agence européenne pour l'environnement a renouvelé son appel à la précaution, en particulier en ce qui concerne les enfants et les adolescents.

    Par cet appel, nous, médecins, en appelons à nos collègues

    et à tous les citoyens dans le monde entier

    Informez-vous sur les risques, et transmettez cette information à vos amis, vos voisins, votre famille et aux personnalités politiques. Entrez en résistance pour votre propre santé mentale et physique et la santé de ceux dont vous avez la charge en communiquant par réseau câblé à chaque fois que c'est possible.

    En tant que médecins, nous estimons que les démarches suivantes sont à appliquer d'urgence :

     

    • Arrêter immédiatement toute expansion de technologies de communication sans fil, tout particulièrement la TETRA et les réseaux 4G ; limiter drastiquement les niveaux d'exposition.

     

    • Garantir l'inviolabilité des maisons en diminuant les niveaux d'exposition extérieurs.

       

    • Arrêter l'utilisation de transmetteurs continus tels que les téléphones sans fil de type DECT, les points d'accès internet en Wi-Fi, et les compteurs intelligents de type Linky ou 3G.

       

    • S'en remettre à des technologies câblées dans la majeure partie des cas, tout particulièrement près des écoles, des hôpitaux, et des bâtiments publics.

       

    • Interdire l'utilisation des téléphones portables aux enfants, et interdire l'usage de ceux-ci ainsi que l'accès au Wi-Fi dans les transports publics.

       

    • Apposer des étiquettes d'avertissement sur tous les appareils émettant des ondes, qui soient de la même nature que ceux présents sur les paquets de cigarettes.

       

    • Promouvoir les technologies de communication compatibles avec la vie.

     

    • Identifier et marquer clairement des zones protégées pour les personnes électrohypersensibles ; établir des refuges publics sans accès Wi-Fi ou couverture de réseau téléphonique, tout particulièrement dans les hôpitaux.

       

    • Accorder des subventions gouvernementales indépendantes de l'industrie pour subventionner une recherche indépendante qui ne relègue pas au second plan les rapports relevant des risques potentiels, mais établit une clarification de ces derniers.

       

    Des scientifiques de pointe considèrent que ces nombreuses atteintes aux fonctions biologiques sont la plus grande expérience jamais conduite dans l'histoire de l'humanité. Nous en savons déjà assez sur les risques et les dangers pour exiger l'application immédiate du principe de précaution aux gouvernements. »

     

    Source :

    http://www.robindestoits.org/index.php?preaction=view_nl&nl=115019&id=21268308&idnl=115019

     

     


    votre commentaire
  • L'exemple de Rivières

     

    Le Conseil Municipal de Rivières a été le premier, dans la région, a voter une motion limitant l'exposition aux ondes des antennes de téléphonie mobile à 0,6 V/m.  Marc CENDRIER, conseiller technique de ROBIN DES TOITS, a remercié le Conseil Municipal  au cours d'une  réception organisée par et à la Mairie : Samedi 26 Mai à 16 heures.

     

    Cliquer le bouton en haut à droite de l'article pour l'afficher en plein écran.


    votre commentaire
  • Antenne relais: des tensions sur la ligne


    Publié sur www.ladepeche.fr le 21/05/2012 :

    Les membres de l'association près de la future antenne relais Orange en pleine zone pavillonnaire./ Photo DDM, SG
    Les membres de l'association près de la future antenne relais Orange en pleine zone pavillonnaire./ Photo DDM, SG



               « Cette pétition a déjà récolté près de 700 signatures, se réjouit Vidian Autofage, membre du bureau de l'association Quartier Nord Minimes. Nous attendons aussi la réponse de Monsieur Cohen à notre courrier du 7 mai ».

                Le 12 avril, ce responsable de secteur a eu la désagréable surprise de découvrir par hasard à quelques mètres de son domicile, en pleine zone pavillonnaire, un panneau stipulant l'installation prochaine d'une antenne relais de 27 mètres, (équivalent d'un immeuble de 10 étages), au 81 rue Jules Verne à la Barrière de Paris. Prévue sans aucune concertation, cette antenne relais Orange fait hurler l'association de riverains et le Collectif qui « demandent son annulation. Tant par souci environnemental que de santé publique ». Ils ont jusqu'au 31 mai 2012 pour faire opposition. « À la fois étonné par la hauteur de cette antenne à moins de 10 mètres des premières habitations mais aussi par la proximité d'un carrefour très dangereux et surtout par les risques sanitaires du fait de plusieurs établissements scolaires dans un rayon de 400 mètres, nous sommes allés consulter le dossier à l'urbanisme, poursuit France Monribot, membre de l'association. Le peu d'informations nous a surpris ». En effet depuis février 2012, l'installation d'antenne relais est possible sans permis de construire : « Seule une déclaration de travaux est exigée. Il est désormais plus difficile administrativement d'installer une fenêtre pour un particulier que d'implanter une antenne pour un opérateur ! Nous sommes dans un deux poids, deux mesures », ironise Danielle Burguion, membre de l'association. Pourtant, plusieurs études internationales prouvent la nocivité de ces antennes : « Plus elles sont proches d'une zone d'habitat, plus le risque de symptôme est élevé. Des zones devraient être réservées », s'insurge France Monribot précisant que le taux d'émission en France, (6 volts par mètre) est déjà l'un des plus élevé d'Europe. Pour l'opérateur Orange, ces installations d'antennes relais sont justifiées : « Cela répond à la demande toujours plus forte des usagers, rappelle Annie Algranti, directrice pour Orange, des relations avec les collectivités locales en Midi-Pyrénées. Entre 2006 et 2010, la téléphonie mobile a été multipliée par dix. Vous imaginez ! On ne peut pas décemment demander aux opérateurs de répondre à une telle exigence sans créer de nouvelles installations ».

    Le 9 juin, à 10 h 30, manifestation place du Capitole du Collectif Antennes 31.



    Source :

    http://www.ladepeche.fr/article/2012/05/21/1357949-antenne-relais-des-tensions-sur-la-ligne.html




    votre commentaire
  • Antenne relais, les ballons de la colère 

    La Salvetat-Saint-Gilles.

     

    Publié le 09/05/2012 sur La Dépêche.fr

     

     Une colonne de ballons matérialise l'emplacement de l'antenne prévue./Photo DDM.



            Les Salvetains des quartiers de l'Apouticayre et des Paradets ne décolèrent pas contre le projet d'antenne-relais de téléphonie mobile prévue au cœur de ces quartiers résidentiels, non loin du collège et de la microcrèche.

            La mobilisation est de plus en plus forte : pour preuve, les panneaux de protestation et la colonne de ballons de 30 m de haut installés sur le site d'implantation de la future antenne, colonne visible de loin dans les quartiers.

           Les membres du collectif opposé à cette implantation communiquent : « Cette colonne matérialise ce projet, beaucoup de riverains ne sont pas encore au courant », parmi ces riverains, Olivier ajoute : « Quand les gens l'apprennent, c'est la colère, l'incompréhension et l'inquiétude qui prédominent : aucune information de l'opérateur, et le permis de construire est à peine visible ».

    Interpellés par la colonne de ballons, les joggers et autres promeneurs de la coulée verte se disent très inquiets pour la santé de leurs enfants ou la valeur de leur maison.

    Jean, lui, se dit « désespéré » ; il s'est installé ici il y a un an et s'est endetté sur 20 ans en prenant soin de choisir une maison loin d'une antenne relais dont il avait souffert des effets dans la région lyonnaise.

           Les membres du collectif présents sur le site, pendant que d'autres faisaient du porte à porte pour faire grossir la pétition (près de 650 signatures à ce jour), disent avoir rencontré les agences immobilières de La Salvetat et contacté les promoteurs qui louent les immeubles à proximité du site : tous confirment qu'il y aura bien une moins value et une difficulté à vendre ou à louer maisons ou appartements.

          Une rencontre est prévue ce mercredi 9 mai à 18 heures entre le collectif et Philippe Dauvel, maire de La Salvetat-Saint-Gilles. L'antenne étant située sur un terrain communal, une solution sera peut-être trouvée pour satisfaire les besoins de couverture du réseau Orange sans porter atteinte à la santé et au patrimoine des riverains.

    On ne peut que supposer, si un accord est trouvé, que le problème serait alors déplacé ailleurs pour à nouveau soulever l'inquiétude d'autres habitants avec le traditionnel : « On en veut bien mais pas chez nous !».

     

    Source :

    http://www.ladepeche.fr/article/2012/05/09/1348481-la-salvetat-saint-gilles-antenne-relais-les-ballons-de-la-colere.html




    votre commentaire
  • Téléphonie mobile: 1 500 médecins suisses demandent des valeurs limites plus strictes - le 22/03/2012

    Communiqué de presse des Médecins en faveur de l'Environnement (MfE)



                Bâle, le 22 mars 2012  Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) considère les ondes issues de la communication sans fil comme «éventuellement cancérigènes». Selon le CIRC, le risque de cancer pour ce type de rayons est donc similaire à celui de l'insecticide DDT, interdit à juste titre. Les Médecins en faveur de l'Environnement (MfE) constatent avec inquiétude que les valeurs limites censées protéger la population suisse et notamment les groupes vulnérables comme les enfants et les femmes enceintes constituent une protection insuffisante. Dans un courrier envoyé à l'Assemblée Fédérale, les MfE demandent donc l'application stricte du principe de précaution et au vu du risque de cancer des valeurs limites plus basses.  Chambres d'enfants, logements, trams ou bureaux connaissent une exposition croissante au rayonnement de sources diverses: babyphones, téléphonie mobile, Wifi, etc. Pourtant les études sont de plus en plus nombreuses à mettre en garde contre les graves conséquences sanitaires de la pollution électromagnétique pour les êtres humains et les animaux.  Cataracte des veaux, maladie d'Alzheimer, cancer…  Dès 2001, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) considérait que les champs magnétiques issus notamment des lignes de courant pourraient être cancérigènes. Et une étude suisse de 2008 postule un risque plus élevé de contracter la maladie d'Alzheimer pour les riverains des lignes à haute tension. D'autres études portant sur le risque de tumeur cérébrale établissent également un risque plus élevé pour cette pathologie en cas d'usage du téléphone portable. C'est pourquoi le CIRC, rattaché aux Nations Unies, considère en 2011 que les ondes de téléphonie mobile sont «éventuellement cancérigènes». Et l'Université de Zurich établit en 2012 une prévalence dix fois plus élevée de la cécité de naissance (cataracte) des veaux pendant la durée d'exploitation d'une antenne relais installée sur une étable.  Stricte application du principe de précaution, abaissement de valeurs limites  «D'un point de vue médical, il est urgent d'imposer le principe de précaution pour la téléphonie mobile, le Wifi, les lignes à haute tension, etc.», constate le Dr Peter Kälin, Président des Médecins en faveur de l'Environnement. La Chambre médicale autrichienne vient d'ailleurs de formuler la même exigence à propos des compteurs intelligents («smart meters»). Dans un courrier du 16 mars 2012 au Conseil Fédéral et à l'Assemblée Fédérale, les Médecins en faveur de l'Environnement demandent de diviser les valeurs limites par dix. Et le Dr Yvonne Gilli, conseillère nationale, a repris les revendications des MfE en demandant au Conseil Fédéral, s'il est disposé à protéger la population, à appliquer le principe de précaution et à abaisser les valeurs limites. 

     

                Le courrier à l'Assemblée Fédérale et l'intervention parlementaire d'Yvonne Gilli sont disponibles en allemand sur www.aefu.ch.Fondée il y a 25 ans, l'association des Médecins en faveur de lEnvironnement (MfE) regroupe environ 1500 médecins en Suisse.  Médecins en faveur de l'Environnement (MfE)

    Pour info

    Normes en vigueur en Suisse: Valeurs limites GSM et UMTS


    Ce qui est légalement autorisé:

    Lieux à séjours momentanés (LSM)

    900 MHz : 43 V/m
    1880 MHz : 61 V/m
    Mixte, y compris UMTS : 50 V/m

    Lieux à utilisation sensible (LUS) (Pièces de séjour, salle de classe, jardin d'enfant, hôpital, bureau)

    900 MHz : 4 V/m
    1880 MHz : 6 V/m
    Mixte, y compris UMTS : 5 V/m

    Recommandations de Salzbourg (Autriche)

    LSM : 0,06 V/m
    LUS : 0,02 V/m

    Ce qui est légalement demandé (concessions GSM):

    900 MHz : 0,000177 V/m à l'air libre
    1800 MHz : 0,00035 V/m à l'air libre

    Ce qu'il faut pour qu'un portable fonctionne:

    0,00000387 V/m

    ORNI art. 64: Valeur limite de l’installation

    La valeur limite de l’installation pour la valeur efficace de l’intensité de champ électrique est de:

    a. 4,0 V/m pour les installations qui émettent exclusivement dans la gamme de fréquence de 900 MHz environ;
    b. 6,0 V/m pour les installations qui émettent exclusivement dans la gamme de fréquence de 1800 MHz environ ou dans une gamme de fréquence plus élevée;
    c. 5,0 V/m pour les installations qui émettent à la fois dans la gamme de fréquence selon la let. a et dans la gamme de fréquence selon la let. b.

     

    Source :

    ARA Association Romande Alerte




    votre commentaire
  • Info

    Robin des Toits national vient de nous prévenir que la 4G allait être installée

    sur le château d'eau de Pibrac.

     

                   "Après les technologies 2G (GSM) et 3G (UMTS), la 4G (LTE, ou Long term evolution) constitue le prochain « saut technologique » attendu dans la téléphonie mobile et, à ce titre, l'enjeu majeur pour l'aménagement de nos territoires dans son volet mobile. Permettant des débits théoriques jusqu'à une centaine de Mbit/s, la 4G ouvrira l'accès aux « nouveaux usages » du numérique (téléchargement de vidéos haute définition, visiophonie ...) de façon fluide et en situation de mobilité."

     

    "Des antennes annoncées 3G vont en fait être remplacées par des 4G,

    aux ondes beaucoup plus pénétrantes

    (en gros 800MHZ) , passant 2 murs intérieurs et pouvant porter à 50km."

     

     


    votre commentaire
  • Manisfestation à Dax

    le samedi 31 mars 2012

     

    Publié le 02/04/2012 dans Sud ouest :

    "Les collectifs contre l'implantation tous azimuts des antennes relais se sont manifestés samedi.


    Manisfestation à Dax

    Les manifestants sont venus de toutes les Landes. (photo loïc dequier)

     

               Ils ne sont pas passés inaperçus samedi matin dans les allées du marché de Dax, même s'ils se sont retrouvés une poignée à pique-niquer dans le square face à l'hôtel de ville, vêtus d'un tee-shirt noir annonçant la couleur, jaune : « Stop aux ondes électromaléfrics ».

              Et c'était le but : faire du bruit, se faire voir, pour évoquer la possible nocivité des ondes électromagnétiques qui nous entourent, de téléphones portables en ordinateurs et tablettes numériques. Emmenés par l'association Maas Vie et progrès qui ferraille depuis deux ans contre l'installation d'un pylône SFR dans un quartier à Pouillon, les militants agissaient dans le cadre de « la coordination nationale des collectifs contre l'implantation tous azimuts des antennes-relais ».

    « Nous sommes des lanceurs d'alerte », estime Pierre Boulet, à la tête du collectif pouillonnais.

    « Nous anticipons le scandale de santé publique qui risque d'éclater si les pouvoirs publics ne légifèrent pas. »

    Conseil européen

             À l'appui de leur argumentaire, la résolution 1 815 du conseil de l'Europe qui pointe « l'absence de réaction » des États membres face aux risques environnementaux et sanitaires connus ou émergents » et recommande « de fixer un seuil de prévention pour les niveaux d'exposition à long terme […] à 0,6 volt par mètre, et de le ramener à moyen terme à 0,2 volt par mètre ». Parmi les manifestants, la conseillère régionale Europe écologie les verts, Marie Bové qui demande le respect du « principe de précaution » : « En matière de législation, la France fait figure de dinosaure en n'écoutant pas les préconisations européennes, puisque les seuils autorisés sont 100 fois supérieurs, de 41 à 61 volts par mètre. Nous sommes dans une monarchie républicaine où les décisions sont prises sans les élus et les citoyens ! » La conseillère régionale dénonce notamment l'arrêt du conseil d'État du 26 octobre 2011, qui, avec l'aval du ministère en charge de l'industrie et de l'économie numérique, octroie aux « seules autorités de l'État la compétence pour réglementer l'implantation des antennes-relais ». Une façon selon Marie Bové de cultiver « l'opacité et les petits arrangements entre amis et opérateurs. »"

    Par Emma Saint-Genez


    Source :

    http://www.sudouest.fr/2012/04/02/nous-anticipons-le-scandale-675998-706.php



    votre commentaire
  • Qu'en est-il à Aussonne?

     

    Article publié sur la dépêche le 31/03/2012 :

     


    Le château d'eau et les antennes relais./Photo DDM, R. C.

     

    Lors de la réunion mensuelle, l'association Aussonne Environnement a discuté principalement de trois actions. [...]

                Les ondes électromagnétiques : De nombreuses actions sur le thème : « Ondes électromagnétiques et santé » (des ondes générées par les lignes EDF aux ondes des radars) sont menées par l'association et notamment par le président de l'association M.Masson spécialiste en hyperfréquences.

               Des actions sont en cours concernant les antennes relais situées Route du Château d'eau : L'ANFR (Agence nationale des fréquences) a été contactée et confirme la croissance du niveau ambiant de champ électromagnétique lié aux antennes relais depuis 1994. Cette agence vient de fournir à Monsieur Masson des informations techniques qu'il est en train de consulter.

             Une lettre a été envoyée à la CADA (commission d'accès aux documents administratifs) pour obtenir l'accès aux informations des opérateurs.

             Plus de cinq cent signatures ont été recueillies suite à une pétition demandant le déplacement des antennes relais sur un site communal éloigné de toutes maisons d'habitations dans un rayon de plus de 500 m. Les riverains ont ainsi pu être informés sur les niveaux limites d'exposition (de 41 à 61 Volt/mètre en France). Cette demande avait été remise au premier adjoint au maire lors de l'assemblée générale de Janvier.

            Des rencontres avec la municipalité ont eu lieu, une lettre ouverte a été adressée au préfet demandant la saisie ou la création d'une instance de concertation départementale pour mettre un terme aux risques sanitaires et résoudre les problèmes sécuritaires. Afin de mieux s'informer, des membres de l'association ont assisté à des conférences organisées par le centre de recherche et d'information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques non ionisants. L'association prévoit de faire réaliser des mesures par un cabinet accrédité COFRAC. Prochaine réunion le 11 avril à 20 h 30 salle N° 3.

    Source :

    http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/31/1319767-aussonne-environnement-les-actions-en-cours.html

     

     


    votre commentaire
  • Free mobile: Les nouvelles antennes inquiètent les maires

    L'offre de Free Mobile

    Article paru dans www.francesoir.fr le 14/03/2012



             Les maires s'inquiètent du prochain déploiement de nouvelles antennes Free d'ici la fin de l'année. Ils réclament à l'Etat de jouer son rôle d'arbitre.

             Dans les faits, les élus se plaignant de ne pas disposer de pouvoirs de réglementation sur la question des antennes-relais, indique  ce mercredi Europe1. Craignant les réactions de riverains, ils demandent, selon la radio, à l'Etat, seule autorité compétente pour réglementer l’implantation des antennes-relais de téléphonie mobile, d'assumer son rôle.

             Les maires souhaitent que soient appliquées les mesures préconisées par le Grenelle des ondes en mai 2009. En résumé, que la tenue de réunions publiques organisées par les opérateurs soient présidées par un représentant de l’Etat. Que les dossiers déposés en mairie par les opérateurs soient assortis d’une simulation d’exposition aux ondes magnétiques pour répondre aux inquiétudes des riverains. Et qu'une réflexion soit menée pour imposer davantage de mutualisation, notamment au sein des grandes agglomérations où les capacités d’accueil des antennes relais sont limitées, poursuit Europe1.

    Iliad veut consacrer 250 millions d'euros à l'extension de ses infrastructures

            Quoiqu'il arrive, ces questions seront débattues le 4 avril prochain à Valence lors d’un colloque organisé par l’Association des maires des grandes villes de France. Des questions légitimes quand on sait que Free, entré avec fracas en janvier sur le marché de la téléphonie mobile, a promis jeudi dernier de mettre le paquet en 2012 pour développer ses infrastructures et faire « monter en puissance » un réseau qui utilise encore très largement celui d'Orange pour acheminer son trafic.

            En 2012, Iliad, la maison mère, prévoit de consacrer 250 millions d'euros à l'extension de ses infrastructures mobiles, contre 142 millions l'an passé et 20 millions en 2010. L'objectif étant d' « intensifier le déploiement, afin de disposer de 2.500 sites (antennes) équipés à fin 2012 », contre les quelque 900 actuellement en service ou prêts à émettre, et sur un total de 6.000 que le groupe entend à terme installer. Tout un programme.

     

    Source :

    http://www.francesoir.fr/loisirs/nouvelles-techno/free-inquietudes-des-maires-face-au-developpement-des-antennes-free-196536.html

     


    votre commentaire
  • "Israël : attention, téléphoner tue"

    Paru dans L'Express le 14/03/2012

     

    "Cela permet de faire entrer cette notion de risque dans l'esprit des gens."

    REUTERS/Luke MacGregor

     

         Chaque portable vendu dans l'Etat hébreu devra désormais porter un message avertissant des risques de cancer. Etienne Cendrier, porte-parole de l'association "Robin des Toits" voit en Israël "un exemple à suivre" pour la France.

         Le parlement israélien a voté le 1er mars une loi visant à sensibiliser aux risques de cancer liés à l'utilisation des téléphones sans fil. A l'image des paquets de cigarettes, tout portable vendu en Israël devra désormais porter un message d'avertissement: "Attention - le ministère de la Santé met en garde sur le fait que l'utilisation massive, ainsi que le port de cet appareil près du corps, peut augmenter le risque de cancer, surtout chez les enfants". Une première. Portée par deux députés, le communiste Dov Khenin et la centriste Yulia Shamalov Berkovich (du parti Kadima), la loi a remporté l'approbation générale de la Knesset, le parlement israélien. Plusieurs études visant à démontrer la nocivité des ondes électromagnétiques ont été menées en Israël ces dernières années.

    Etienne Cendrier, porte-parole de l'association "Robin des Toits", voit en Israël "un exemple à suivre" pour la France.  

                                                                                         Entretien.

     

               Comment réagissez-vous à la décision du parlement israélien?

            C'est une bonne nouvelle, un exemple à suivre. Pour moi, le lobby exercé par les opérateurs n'a certainement pas réussi à empêcher le vote de cette loi. Par ailleurs, Israël, tout comme la Suède, fait partie des pays les plus impliqués par la question du risque causé par les ondes électromagnétiques.

              Une telle mesure est-elle envisageable en France?

          La loi du 12 juillet 2010, dite Grenelle 2, interdit l'utilisation et la commercialisation des appareils sans fils pour tous les enfants de moins de six ans. Le souci, c'est que cette loi n'a jamais été promulguée. Lorsqu'elle était députée puis secrétaire d'Etat à l'économie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet s'intéressait beaucoup à la question du danger pour la santé que représente l'utilisation des téléphones portables. Devenue ministre de l'environnement, elle a subitement été frappée d'amnésie.

             Quelles sont les solutions prônées par votre association?

          Nous souhaitons l'application du Grenelle 2, mais aussi que les femmes enceintes soient mieux informées des risques qu'elles encourent. A l'image d'Israël, nous souhaitons que chaque mobile vendu chez nous puisse comporter une notice d'avertissement.

             Quels sont les effets de ce type de campagne?

         C'est un premier pas. Cela permet de faire entrer cette notion de risque dans l'esprit des gens. La plupart d'entre eux font "joujou" avec leur appareil, sans se préoccuper du reste. Avec une étiquette d'avertissement, cela permet de rappeler que tout cela n'est pas sans incidence sur la santé.

     

     

    Source :

    http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/israel-attention-telephoner tue_1093124.html




    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique